Comment le lavage des mains indexe les problèmes environnementaux d'Haïti

Le lavage systématique des mains en guise de mesure barrière à la pandémie Covid-19, a indubitablement fait tiquer dans les hautes sphères du pouvoir en Haïti. En cause, l’impossibilité des administrations depuis au moins 20 ans à répondre aux besoins en eau potable de la population de l’aire métropolitaine chaque jour grandissante. Dans ce reportage, la journaliste Daphnine Joseph fait le rapport entre le besoin et l’absence de politique environnementale claire depuis des années pour aider la Dinepa, organe étatique responsable de la distribution d’eau potable, à assurer cette fonction. Un dossier pour comprendre.
«Comment le lavage des mains indexe les problèmes environnementaux d'Haiïti »

DSCF1489.JPG

AUDIO

«Bondye bon !» par temps de Coronavirus en Haïti

Heureusement pour Haïti, la pandémie du nouveau Coronavirus, avec ses chiffres vertigineux de morts, son coût humain et financier pour les systèmes sanitaires, semble avoir été jugulée.

En attendant que viennent des explications scientifiques, « Bondje bon », se disent les gens. Les modélisations prévoyaient la catastrophe. Cinq mois après les premiers cas, les hôpitaux sont vides. Le gouvernement n’a pas manqué de s’octroyer le mérite d’un sauvetage qu’il peine lui-même à expliquer.

En guise de contre-argument à ces satisfécits étatiques, le photographe Réginald Louissaint qui a suivi la saison des pèlerinages de 2020 nous livre un autre récit : celui d’un état faible qui a échoué à exiger le respect des mesures barrières aux pèlerins fatalistes.

Reportage sur plusieurs routes, départements et lieux spirituels du pays, au plus proches de ces pèlerins et vodouisants en quête de repères, en ces temps de grands troubles.

RAY_3512.JPG

 PHOTO

Réouverture des classes, écoles publiques et privées ont chacune leurs recettes

Réouverture des classes, écoles publiques et privées ont chacune leurs recettes

Les écoles sur tout le territoire haïtien ont rouvert leurs portes lundi 10 août dernier, soit près de cinq mois après leur fermeture pour cause de pandémie. Les autorités ont soumis cette reprise à un protocole sanitaire bien élaboré. Écoles publiques et privées, en fonction des moyens disponibles, essayent de suivre tant bien que mal.

reouverture des classes_14.JPG

VIDEO

Les pèlerins sur les routes, le virus aussi

La saison des pèlerinages en Haïti débute en juin, et cette année, même si la crise sanitaire semble dissuader quelques habitués, les pèlerins sont malgré́ tout des milliers sur les routes. D’abord Saut d’eau dans le Centre, ensuite Bassin Saint Jacques à  Plaine du Nord, puis Anse-à-Foleur dans le Nord-Ouest, l’accueil des pèlerins sur ces grands sites de prières avec la pandémie n’a pas vraiment changé. Sans compter que ces voyages de pénitencesont souvent difficilement conciliables avec les gestes et mesures barrières.

RAY_2472.jpg

VIDEO

Le petit commerce nocturne, victime collatérale du Couvre-feu

La grande épreuve qu’ont été les trois mois de couvre-feu (20 mars-30 Juin, 8HPM) pour le petit commerce nocturne dans l’agglomération de Port-au-Prince. Certaines victimes en parlent et les éventuels coûts économiques et sociaux sont indexés. 
 

_MJ_7809.JPG

AUDIO

Reprise des vols internationaux, entre risque et nécessité, la controverse monte

Le 1e juillet 2020, quelques heures après la reprise officielle des vols commerciaux et internationaux vers Haïti, les médias américains relayaient une explosion de cas testés positifs à la Covid-19 dans l’Etat de Floride. Plus de 9 mille nouveaux cas en 24 heures, un record dans cet Etat américain où vit une part importante de la diaspora haïtienne. Fort est à parier que cette diaspora cherchera à rentrer en Haïti alors que les Etats-Unis se trouvent dans le pic de la pandémie. L’annonce de la réouverture des frontières aériennes plonge davantage le pays dans la controverse.

Nouvelle gallerie-35.jpg

PHOTO ET TEXTE

Masques artisanaux : objets de mode ou barrières contre le Covid-19 ?

Ces accessoires complètent les gestes barrières, mais ne protègent pas assez pour empêcher la contamination dans un contexte où leur fabrication peut favoriser la transmission de la maladie alors que la plupart des gens ne savent pas comment les utiliser correctement.

Suggestion de 1 ouverture.jpg

PHOTO ET TEXTE

Le mythe de la distance sociale dans les bidonvilles haïtiens

Si l’on croit les campagnes de sensibilisation à la radio et sur les réseaux sociaux, réduire la propagation de la pandémie du Covid-19 dont les premiers cas découverts en Haïti ont été annoncés mi-mars 2020 est simple et cartésien. Il suffit de rester chez soi, porter un masque, respecter la distanciation sociale et se laver les mains régulièrement.

Cependant, la réalité des faits comme toujours est plus complexe.

08.JPG

 PHOTO

sur fond de méfiance et de déni, un Président inaudible”

Plus véhément au début de la crise sanitaire, en sourdine au fur et à mesure que les chiffres des victimes augmentent, de quoi ce déni insoutenable de la Covid-19 en Haïti est-il le nom ?

18 mai -1.jpg

 VIDEO

Réouverture des usines: Querelles patrons-syndicats sur fond de pandémie

Si pour certains la réouverture des usines expose les ouvriers et ouvrières à de forts risques de contamination à la covid-19, pour d’autres il consacre la fin du confinement prôné par les autorités dans la lutte contre la propagation de la Covid-19 dans le pays.

_MJ_0577.jpg

VIDEO

Réouverture des usines: Querelles patrons-syndicats sur fond de pandémie

Si pour certains la réouverture des usines expose les ouvriers et ouvrières à de forts risques de contamination à la covid-19, pour d’autres il consacre la fin du confinement prôné par les autorités dans la lutte contre la propagation de la Covid-19 dans le pays.

article_cover_20200615083842.jpg

TEXTE

Konstriksyon anachik mete dlo Pòtoprens an danje

Parce qu’elle institue des mesures barrières comme nouvelle norme, notamment le lavage régulier des mains, la pandémie du nouveau Coronavirus exacerbe les précarités de certaines communautés et met à nu l’inefficacité du service public haïtien.

Depuis plus de 20 ans, les administrations successives se sont révélées de moins en moins capables à répondre aux besoins en eau potable des populations urbaines en nette croissance. La Direction nationale de l’Eau potable et de l’Assainissement d’Haïti (Dinepa) a remplacé la Camep, avec une constante : le manque cruel de politique publique pour protéger les bassins versants.

Résultats, urbanisation et pollution des nappes phréatiques, fermeture de sites d’exploitation d’eau. Le rapport entre le besoin en eau potable et la nécessité de politiques environnementales claires pour améliorer la qualité de vie des populations s’illustre à travers le cas pratique de morne Hôpital et de la ville de Port-au-Prince. Un reportage pour comprendre.

DSCF1193.JPG

VIDEO

Apprendre un métier, gagner de l’argent et autres exploits de jeunes Haïtiens pendant la pandémie

Les crises successives ayant éprouvé Haïti ces deux dernières années, qu’elles soient sociopolitiques (Peyi lòk) ou sanitaires (Pandémie du coronavirus), ont fortement pénalisé l’école du pays.

Entre une année académique 2018-2019 grignotée par les contestations et les blocages et la suivante retardée puis stoppée nette par la pandémie du Coronavirus, les écoliers haïtiens se sont déshabitués au rythme scolaire régulier.

Durant les longs mois de l’état d’urgence sanitaire, une partie des écoles haïtiennes, celles les mieux loties et équipées, ont pu continuer la formation en ligne pour les enfants de familles aisées. A contrario, une autre partie — constituant la majorité des écoles du pays — a dû faire l’impasse sur la continuité académique par manque de ressources. Portraits de jeunes issus de cette fracture sociale et scolaire. Comment ont-ils su utiliser cette coupure pour acquérir d’autres compétences en autodidacte et promouvoir des initiatives collectives, et ceci, malgré le climat anxiogène de la pandémie.

Beauzille Steevenday 4.JPG

 PHOTO

L’école au temps de la Covid-19 

Les écoles sur tout le territoire haïtien ont rouvert leurs portes lundi dernier pour la première fois depuis cinq mois. Les élèves des classes d’examens d’établissements publics et privés regagnent leurs pupitres pour les deux prochains mois en plein cœur de l’été. Deux cas testés positifs à la Covid-19 en mars avaient contraint le gouvernement, en raison du risque sanitaire, a décrété l’état d’urgence sanitaire entrainant l’arrêt des activités scolaires.

En octobre dernier, l’année académique 2019-2020 avait déjà été rognée en raison des mouvements de contestations parfois violentes et le blocage systématique des routes et de certains quartiers. N’ayant finalement débuté qu’en janvier, l’école accuse un nouveau coup avec ces 5 derniers mois de confinement sanitaire.

D’abord ouvertes exclusivement aux élèves présentant les examens officiels, les classes finiront par accueillir tous les niveaux, exceptés le préscolaire, dès le lundi 17 août 2020. Les autorités entendent soumettre la réouverture à un protocole sanitaire bien élaboré que chaque école, en fonction de ses moyens tentera de suivre tant bien que mal.

reouverture des classes_13.JPG

 PHOTO

Rupture de confiance et risque

La levée de l’état d’urgence sanitaire par le gouvernement fait peu à peu tomber les masques, ultime mesure barrière face à la pandémie. C’est un retour à une quasi-normalité. Résignée, une frange importante de la population s’est réfugiée dans le déni et la méfiance durant les longs mois de confinement recommandé. Aujourd’hui, alors que l’hécatombe semble être évitée, le manque de confiance en la parole politique fait courir à Haïti le risque d’une seconde vague. Reportage sur les liens abimés entre les haïtien.tienne.s et leurs dirigeants sur fond de pandémie. 

Z-wash57-1.jpg

TEXTE

« L’église à l’heure de la pandémie »

Après plus de trois mois de paralysie due aux troubles sanitaires Covid-19 dans le pays, les églises d’Haïti s’y mettent, en dépit du fait qu’on soit encore à l’heure de la pandémie. Si certaines églises fonctionnent à nombre réduit ou encore en plusieurs vacations, d’autres préfèrent encore attendre avant de réunir leurs fidèles.

Vidéo église.jpg

VIDEO

Le petit commerce nocturne à l’épreuve du couvre-feu.

Chauffeurs de taxi-moto, marchands de boissons fraiches, marchands de fritures, tous animent la zone métropitaine à la tombée de la nuit. Les premières dispositions du couvre-feu pour combattre la propagation du virus pendant 3 mois (20 mars-30 Juin, 8HPM) mettront leur petite affaire à rude épreuve. Les consequences économiques et sociales du couvre-feu décrété par les autorités le 19 mars.

Photo gallerie-3.jpg

 VIDEO

Les masques artisanaux font quand même barrières

Les masques artisanaux répondent à un besoin de protection en temps de pandémie face à une pénurie de masques industrialisés sur le marché mondial. Considérés comme solution de fortune par certains et occasion d’affaires pour d’autres quelle protection offrent-ils vraiment ? Comment peuvent-ils être associés aux mesures barrières ?

Marche 32_10.JPG

VIDEO

Haiti Covid-19 : Le bruit de la pandémie fait le tri.

La crise sanitaire causée par la pandémie de la Covid-19 précarise davantage la vie des personnes sourdes en Haïti. Le port obligatoire du masque est venu restreindre encore plus leur autonomie et augmenter leur vulnérabilité alors même que d’ordinaire, la population malentendante est confrontée à des difficultés multiples et variées, voire à des privations, quant à leur intégration sociale.

article_cover_20200625120044.jpg

 TEXTE

Vivre la pandémie en sourdine

La communauté des sourds, déjà discriminée et non intégrée dans la société haitienne essuie un autre revers du sors avec cette crise sanitaire Sars Cov2. En effet, une communication d’informations importantes quant au virus et mode de protection discriminatoire des autorités haïtiennes. Sans compter, le port obligatoire du masque, en guise de mesures barrières, qui restreint encore plus leur autonomie et augmente leur vulnérabilité en milieu social.

_MJ_8338.jpg

 VIDEO

Haïti-Covid 19: Méfiance et déni de la population, le Président est-il en cause?

S’il est vrai que dans le reste du monde, une relative unité nationale semble être la meilleure réponse des nations face à la pandémie, en Haïti c’est loin d’être le cas. Méfiance, incrédulité et déni persistent des mois après l’annonce des premiers cas testés positif au Coronavirus par le président de la République. Une situation qui entrave l’efficacité des actions des autorités sanitaires dans leur stratégie pour contenir la propagation du virus. Comment comprendre le fait qu’une partie de la population haïtienne doute du Coronavirus ? Et si la personnalité du messager était en cause ?

RAY_6672.jpg

AUDIO

Les nouveaux chômeurs racontent leur quotidien

Depuis le 20 avril 2020, le gouvernement haïtien a autorisé les industries textiles à rouvrir leurs portes moyennant le respect d'un quota d'ouvriers ne dépassant pas 30%. Trois ouvriers qui chôment depuis la fermeture du 19 mars pour cause de la pandemie Covid-19, expliquent leur quotidien.

RAY_1776.jpg

 VIDEO